Activités

La magie de Pulau Kapas

Salut les loulous !

Vous avez envie de vous évader quelques minutes ? Suivez-nous !

Aujourd’hui on vous emmène sur l’île de Pulau Kapas en Malaisie. Nous sommes encore au début de notre voyage de 6 mois en Asie et Océanie et nous n’avons aucune envie de lui donner l’allure d’un sprint.
Au contraire, il va falloir qu’on soit en pleine forme jusqu’au bout, ce qui signifie que nous devons prendre soin de nos petits corps pâles et fatigués par les derniers mois de travail et de préparation !
À Pulau Kapas, le ciel est bleu, la mer aussi, et le sable est bien blanc. On ne vous promettra pas qu’il y fait beau tous les jours, mais cela risque fortement d’arriver ! Alors les loulous, quoi de mieux que de se poser au calme une semaine sur une petite île pour prendre des couleurs et faire le plein d’énergie pour la suite ?

Une île hors du temps

Les pieds encore mouillés et tout juste posés sur le sable chaud, nous constatons immédiatement que l’ambiance de Pulau Kapas est très particulière. Pas de télé, pas de Wi-Fi, les conditions sont réunies pour nous déconnecter de la réalité et nous concentrer sur le plus important : profiter de notre temps sur l’île.

Vue d'ensemble sur la plage principale de l'île de Pulau Kapas en Malaisie

Divers gîtes et restaurants sont éparpillés le long des plages sur la côte Ouest et chacune des plages est séparée par une série d’escaliers. La plage principale sur laquelle les speed-boats arrivent et d’où ils repartent n’est vraiment pas la plus belle. Mais elle est certainement la plus peuplée en raison des activités sportives telles que la plongée ou le beach-volley, qui y sont proposées. Et aussi parce qu’on y trouve les gîtes les plus populaires, comme le Kapas Beach Chalets où nous avons réservé un chalet privatif pour la semaine.

Cela vaut vraiment la peine de s’éloigner un peu parce que les autres plages à quelques minutes de marche sont quasiment désertes et bordées de cocotiers. Et là, on a vraiment l’impression d’être au bout du monde !

Bateaux amarrés en bord de plage sur l'île de Pulau Kapas en Malaisie Ilôt et bateau à moteur sur une mer d'huile au large de Pulau Kapas en Malaisie Restaurant de la plage à la tombée de la nuit sur l'île de Pulau Kapas en Malaisie

C’est un peu plus loin également que nous avons découvert le Koko, qui est devenu notre restaurant préféré pour dîner ! Son cuistot aux faux-airs de John Coffey dans La Ligne Verte prépare des currys délicieux. Et sa serveuse pas vraiment serveuse, au passé mystérieux et au présent guère plus clair, aura toujours pris soin de nous…
Par contre, il ne faut pas être pressé pour manger, puisque nous avons souvent dû attendre une bonne heure et demie avant de recevoir les plats que nous avions commandés !

En attendant aussi longtemps, on se met à relativiser par rapport au temps qui passe. C’est long, une heure et demie… On peut avoir de belles conversations. On peut inventer des jeux stupides et retomber en enfance. On peut aussi profiter de chaque minute à contempler le soleil se coucher toujours un peu plus à l’horizon.

Des chalets rudimentaires

À Pulau Kapas, les campeurs dans l’âme auront la possibilité de planter leur tente dans le sable au Longsha Campsite au Sud-Ouest de l’île. Les autres backpackers peuvent au choix dormir en dortoir avec douche et sanitaire communs, ou bien dans un petit chalet privatif.

Les chalets sont quelque peu rudimentaires et pourraient ne pas convenir à celles et ceux qui font du confort leur principal critère de sélection pour un hébergement de vacances. Mamie Simone préfèrera sans doute se renseigner sur les îles Perenthian ou Langkawi, où elle pourra trouver des logements un peu plus à son goût.

Décoration intérieure d'un chalet sur l'île de Pulau Kapas en Malaisie Chambre à l'intérieur d'un chalet sur l'île de Pulau Kapas en Malaisie Lit dans un chalet sur l'île de Pulau Kapas en Malaisie

Ici, les lits sont pour une seule personne, et leur linge, même s’il est lavé, ne masque pas la légère odeur de moisi qui s’échappe des matelas.

La climatisation ne fonctionne pas forcément bien et le petit ventilateur d’appoint ne s’avère pas d’un grand secours face à la chaleur locale. Au bout de quelques jours, des petits grains de sable et de sels se sont tapés l’incruste dans les draps et sur le plancher pour nous rappeler que nous sommes chanceux d’être des touristes à la plage 🙂

La température de l’eau de la douche est ambiante – comprenez assez froide – et l’évacuation se fait par un petit trou en bas du mur, à même le sol. Après s’être lavé, il ne faut surtout pas oublier de pousser la grosse pierre mise à disposition et dont la fonction est d’obturer l’évacuation. À moins, les loulous, que vous ne soyez amateurs des petits visiteurs nocturnes en tous genres !

Espace douche dans un chalet sur l'île de Pulau Kapas en Malaisie Espace wc dans la douche d'un chalet sur l'île de Pulau Kapas en Malaisie

Nous décernons une mention spéciale aux toilettes, dont la chasse d’eau a un débit qui noierait à peine une mouche. Pour vous dire la vérité toute crue et sans jeux de mots : on en a chié pour tirer la chasse 🙂 C’est alors que Meryll a eu une idée de génie… Ah, vous avez deviné que c’est lui l’auteur de cet article 🙂 ?

Nous avons eu l’idée d’utiliser le petit tuyau orange relié aux canalisations afin d’ajouter du débit et de la puissance à la chasse d’eau. Mais cela ne fonctionne qu’en appuyant sur le bout du tuyau avec ses doigts afin d’augmenter la pression. Et voilà comment s’amuser tous les matins à un petit jeu rigolo dont nous vous laissons imaginer le but et les règles !

Les maîtres des lieux

L’île est un paradis pour les chats et nous en avons trouvés partout ! Sur la plage à gambader dans le sable, assis sur un banc en train de regarder le soleil se coucher, et même dans notre chalet à squatter l’un des lits comme s’ils étaient les maîtres des lieux.

Chat regardant le soleil se coucher sur la mer depuis un banc sur la plage de l'île de Pulau Kapas en Malaisie Chats se promenant au coucher de soleil sur la plage de l'île de Pulau Kapas en Malaisie

Le chat de notre gîte avait même droit à un traitement de faveur lors des repas puisque les employés couraient dans tous les sens pour le trouver et lui servir son plat dans une assiette, comme s’il était le roi ! Nous nous sommes sérieusement demandés si tout cela ne faisait pas partie du complot élaboré par les chats pour devenir les maîtres du monde… Peut-être avions-nous débarqué dans leur base secrète ?

Plus sérieusement les loulous, nous avons compris en quittant l’île une semaine plus tard qu’elle avait un pouvoir magique. Celui de faire oublier le temps qui passe et de se déconnecter complètement du monde. Celui de nous montrer que nous pouvions profiter de choses simples, avec un confort restreint. Nous avons repris la route certains que nous n’aurions pas besoin de grand chose pour profiter de notre beau et long voyage.

L'escabot qui sert à monter sur le bateau taxi pour quitter l'île de Pulau Kapas en Malaisie

Comment aller sur Pulau Kapas ?

Les loulous, si vous aussi vous voulez vous déconnecter du monde quelques jours sur cette petite île, le plus simple est de prendre le bus de Melaka ou Kuala Lumpur jusqu’à Kuala Terengganu. Il y a sur place pas mal de petits hôtels où vous pourrez passer la nuit avant de vous rendre à Marang, d’où partent les speed-boats pour Pulau Kapas, à une vingtaine de minutes au Sud.

De Kuala Terengganu à Marang, découvrez la vraie conduite à la Malaisienne !

Il y a normalement un bus qui relie Kuala Terengganu à Marang, mais d’après notre propre expérience, il n’est jamais venu. Nous avons donc eu recours aux moyens du bord en nous faisant amener à bon port par un taxi peu officiel, mais très efficace. Nous vous recommandons bien entendu de prendre le bus, ou un taxi officiel. Nous ne sommes pas vraiment des exemples à suivre !

Quelques chiffres…

87,60 euros : 7 nuits dans l’un des chalets privatifs du Kapas Beach Chalets, dont une nuit offerte. On va vous expliquer pourquoi…

26,70 euros : Une nuit pour deux en chambre double à l’Hotel Mingstar à Kuala Terengganu, petit déjeuner compris. Si on compare avec le prix du chalet, on pourrait croire que c’est un hôtel de luxe !

16,70 euros : Deux aller-retour Marang – Pulau Kapas en speedboat. Pensez aux médicaments de Mamie Simone qui risque de se sentir mal pendant la traversée !

5,84 euros : Pour deux Oreo Shake gourmands et un plateau de fruits, notre déjeuner préféré sur l’île. Ok, on sait, c’est mal ! Mais qu’est-ce que c’est bon !

4,60 euros : Le petit-déjeuner pour deux personnes avec deux thés et deux roti canai, des crêpes délicieuses servies le matin en Malaisie…

4,15 euros : Le dîner pour deux personnes au restaurant Koko : curry de poulet ou de légumes avec deux portions de riz. Croyez-nous, les deux heures d’attente en vaudront la peine !

2,10 euros : Le taxi clandestin qui nous a amenés de la station de bus de Kuala Terengganu jusqu’à Marang. Il roule bien, il roule vite, il fait la conversation. On le prendrait presque pour un pro 🙂

GRATUIT : Profiter des plages désertes à longueur de journée, emprunter un masque et un tuba au Kapas Beach Chalets pour faire du snorkeling, ou encore jouer au beach-volley alors que le soleil se couche à l’horizon…

L’anecdote

Pulau Kapas est fréquentée par beaucoup d’habitués, et le bouche-à-oreille fonctionne bien pour obtenir des informations sur comment réserver un logement. Sur cette page, vous trouverez l’adresse email du propriétaire du Kapas Beach Chalets qu’il faut contacter directement pour réserver.

C’est ce que nous avions fait peu de temps avant de partir et en arrivant sur l’île, nous avons découvert avec stupeur qu’ils avaient oublié notre réservation ! Qu’allions-nous devenir ? Était-ce un complot de ces satanés chats ?

Les employés étaient très gênés et nous ont offert une nuit dans un chalet du gîte d’à côté, le temps de se réorganiser et de nous installer dès le lendemain dans le chalet que nous avions initialement réservé. Tout est rentré dans l’ordre et puis du coup, on peut vous le confirmer : l’eau n’est pas plus chaude ailleurs 😉

Laisser un commentaire